Mois du patrimoine asiatique 2019

le 31 mai 2019

 

AHM_f

L’an dernier, l’ACEP a consacré un article au Mois du patrimoine asiatique dans lequel elle abordait les difficultés auxquelles ont fait face les Canadiens d’origine asiatique au cours de l’histoire. De l’intolérance des premiers immigrants asiatiques au Canada aux camps d’internement japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, les Canadiens d’origine asiatique ont dû surmonter de nombreux obstacles, et même si des progrès ont été réalisés, la discrimination à leur égard est bien présente dans la société, alors que les anciens préjugés persistent.   

En 2014, dans le cadre d’un sondage d’Insights West mené en Colombie Britannique*, plus de 700 000 participants se sont déclarés Canadiens d’origine asiatique. Le sondage a révélé que quatre personnes sur cinq subissaient une forme quelconque de discrimination raciale. Les répondants ont affirmé qu’ils faisaient l’objet de nombreuses formes de discrimination « modérée » ou « importante ».

Les Canadiens d’origine asiatique continuent d’avoir de la difficulté à obtenir de bons emplois*, des logements décents et des services gouvernementaux appropriés. Bon nombre d’entre eux arrivent au Canada en tant que professionnel et n’arrivent pas à faire leur place sur le marché du travail, et plusieurs doivent travailler dans des usines de vêtements, dont certaines sont de véritables « ateliers de misère », pour joindre les deux bouts. Nombreux sont ceux qui estiment que les gouvernements doivent faire plus pour ces personnes.

En fait, une perspective plus large du marché du travail indique que parmi les travailleurs à faible revenu, la proportion de Canadiens d’origine asiatique qui éprouvent des difficultés financières est 1,5 fois plus élevée que chez les Canadiens « blancs»

Près de 10 pour cent des Canadiens, soit 3,2 millions, s’identifient comme Asiatiques, principalement comme Asiatiques de l’Est et du Sud-Est. Pendant de nombreuses années, ce segment démographique n’était pratiquement pas représenté au gouvernement, et il était difficile d’aborder les préoccupations liées à la discrimination raciale. En 2018, le gouvernement comptait que huit députés d’origine asiatique. Pour bien des gens, plusieurs obstacles subsistent à ce jour en raison du faible nombre de députés issus de la communauté asiatique.

L’ACEP croit que le gouvernement doit aborder les questions liées à la discrimination à l’égard des Canadiens d’origine asiatique dans les domaines du logement et de l’emploi.  Les membres de cette communauté font partie intégrante de notre société.

Aujourd’hui, nous rendons hommage à l’héritage culturel de nos membres d’origine asiatique et nous leur témoignons notre solidarité. La diversité culturelle est l’une des plus grandes richesses de notre pays. Il est de notre devoir de la protéger et de la cultiver en accueillant et célébrant nos différences. La fonction publique peut donner l’exemple.

* Certaines sources citées dans cet article ne sont qu'en anglais