Jour de deuil national

le 27 avril 2018

Ndom _f

Le 28 avril est le Jour de deuil national à la mémoire des morts et des blessés sur leur lieu de travail. Établie par le Congrès du travail du Canada, cette journée nous donne l’occasion, une fois l’an, d’évoquer le souvenir des victimes de dangers en milieu de travail et de redoubler d’efforts pour assurer la sécurité des milieux de travail.

Avant l’avènement de la réglementation en matière de santé et de sécurité, les personnes vulnérables — en particulier les nouveaux immigrants — étaient souvent exploitées et mises dans des situations de travail dangereuses. Sans les outils et l’équipement de protection appropriés, beaucoup de gens ont été mutilés ou tués alors qu’ils tentaient tant bien que mal de gagner leur vie.

En 1960, cinq immigrants italiens sont morts dans un incendie pendant qu’ils travaillaient sous terre sur une conduite d’eau principale à Hogg’s Hollow, sous la rivière Don, à Toronto. Les décès insensés de Pasqualle Allegrezza, Giovanni Correglio, Giovanni Fusillo, Alessandro Mantella et Guido Mantella ont été un jalon important dans l’histoire de la santé et de la sécurité. Les pressions exercées par la communauté italienne, les syndicats et d’autres citoyens préoccupés ont poussé la province de l’Ontario à adopter l’Industrial Safety Act.

Selon le Congrès du travail du Canada, « [c]ette loi a constitué la base du Code canadien du travail (sécurité) adopté plus tard au cours de la même décennie. Celui-ci englobait des lois et des règlements protégeant la sécurité des travailleurs et travailleuses au Canada ».

Santé et sécurité

Aujourd’hui, les comités mixtes de santé et de sécurité au travail sont un outil important utilisé pour réduire au minimum les dangers en milieu de travail et y remédier. Bien entendu, la santé et la sécurité au travail sont une préoccupation de premier plan pour les cols bleus, mais les cols blancs ne sont pas non plus à l’abri des blessures en milieu de travail. En fait, de nombreuses sections locales de l’ACEP comptent des bénévoles qui se consacrent à la promotion et à la protection de votre santé et de votre sécurité au travail.

Les bénévoles en santé et sécurité des sections locales cherchent toujours à prévenir les blessures et les maladies au travail. Ils collaborent avec l’employeur à l’élimination des dangers signalés et inspectent régulièrement les lieux de travail pour cerner les autres dangers qui peuvent être présents.

Parmi les dangers courants, il y a les planchers glissants, la glace et les plis dans la moquette, qui peuvent causer des trébuchements et des chutes. Les gens qui travaillent dans un immeuble de bureaux devraient être particulièrement vigilants à l’égard de la qualité de l’air dans leur bureau. Il arrive que les prises d’air fassent entrer les gaz d’échappement de véhicule se trouvant à l’extérieur. Les photocopieurs peuvent produire des émanations toxiques. Certains assainisseurs d’air, parfums et produits de nettoyage contiennent des produits chimiques toxiques qui peuvent affecter les personnes sensibles.

Les comités de santé-sécurité sont particulièrement efficaces lorsque les bénévoles manifestent un désir sincère de participer. Si vous souhaitez contribuer à la santé et à la sécurité dans votre milieu de travail, veuillez communiquer avec votre présidente ou président de section locale pour voir quelles possibilités de bénévolat pourraient vous être offertes. Dans un premier temps, vous pourriez envisager de participer au comité de santé et de sécurité au travail de votre ministère à titre d’observateur/observatrice.

Le saviez-vous?

Les nouveaux immigrants au Canada sont encore aujourd’hui exposés à un risque accru de blessure au travail. C’est le cas aussi des jeunes travailleurs, surtout s’ils occupent un nouvel emploi. Comme bon nombre de nos membres sont aussi parents, nous vous encourageons à discuter avec vos enfants de leurs droits en matière de santé et de sécurité au travail au moment de leur entrée sur le marché du travail. À l’époque de l’année où les étudiants commencent à chercher un emploi d’été, le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST) demande aux parents de jouer un rôle actif : les conseils que vous donnez à votre enfant pourraient lui sauver la vie. Si vous souhaitez en parler avec votre enfant, nous vous encourageons à consulter la section sur le sujet du site Web du CCHST.