Assumer notre responsabilité avant le point de rupture

le 26 septembre 2019

Climatestrike Kt

Grève mondiale pour le climat - 20-27 septembre 2019

Cette semaine, les gens descendront dans la rue au Canada et dans d’autres villes partout dans le monde pour exiger que les gouvernements agissent à l’égard de la crise environnementale et climatique à laquelle nous faisons face.

Les faits sont clairs : notre planète se réchauffe, et la pollution est hors de  contrôle. Même si nous étions tentés de nous lancer dans un débat à savoir qui est responsable ou qu’elles sont les causes à blâmer, aujourd’hui nous devons urgemment nous concentrer sur les mesures qui doivent être prises. Nous devons assumer notre responsabilité, individuellement et collectivement, pour éviter que les effets néfastes de ces changements affectent nos vies, notre santé, la biodiversité et notre planète.

À lire également : See How Hot Canadian Cities are Becoming, CBC, 2018 (Anglais seulement)

Notre association représente de brillants chercheurs, analystes de données, économistes et statisticiens du gouvernement fédéral, qui étudient ces phénomènes et qui permettent aux Canadiens d’être bien renseignés et aux décideurs d’être mieux outillés pour agir. Il est crucial que le gouvernement canadien continue à mettre l’accent sur ces questions et à fournir à ses experts les moyens et les fonds nécessaires pour comprendre la situation. En outre, ces derniers ont besoin de l’appui du gouvernement pour examiner des moyens novateurs d’améliorer notre relation à l’environnement dans l’intérêt des générations futures.

À lire également : Le Jour de la Terre – changer nos habitudes une étape à la fois, ACEP, 2019

Nous faisons face non seulement au réchauffement climatique, mais aussi à un grave problème de dégradation de l’environnement. Nos émissions de gaz à effet de serre, conjuguées à nos habitudes industrielles et de consommation non durables et propices au gaspillage, ont des répercussions permanentes sur l’environnement.

À titre individuel, nous pouvons changer les choses en posant des gestes concrets. Nous n’avons pas à attendre que le gouvernement ou le secteur privé règle nos problèmes environnementaux. Il est temps plus que jamais d’assumer la responsabilité de nos mauvaises habitudes, en les changeant. Le changement est difficile, mais l’inaction est pire. Cette semaine, nous vous invitons à réfléchir aux gestes que vous pouvez poser pour influencer le cours des choses et, dans la mesure de vos moyens, d’utiliser votre voix pour diffuser les connaissances et la science qui sous-tendent notre nouvelle réalité. Savoir, c’est pouvoir.

Événement : Surveillez les grèves pour le climat au Canada, le vendredi 27 septembre.

De notre côté, à l’ACEP, nous essayons de faire notre part là où nous le pouvons. De façon progressive nous prenons des mesures pour rendre nos opérations plus écologiques. Le 29 mars 2019, le Conseil exécutif national (CEN) a voté en faveur de l’abolition des assiettes et des ustensiles en plastique pour ses réunions. De plus, nous sommes présentement en train de passer à des réunions du CEN sans papier en utilisant de plus en plus de documents électroniques. En outre, nous prenons des dispositions pour accroître le recours à la vidéoconférence afin de réduire les déplacements, et ainsi réduire les émissions de GES. Toutefois, ce n’est pas suffisant, et les membres du CEN envisagent d’élargir l’initiative d’écologisation de l’ACEP pour adopter des mesures qui auront plus d’impact.

Partagez vos idées! Aidez l’ACEP à faire sa part en soumettant vos idées ici

Le 6 novembre 2018 le Conseil exécutif de la section locale 524 a fait preuve d’un leadership exceptionnel en proposant une résolution concernant les changements climatiques (voir l’encadré ci-dessous). L’ACEP continue d’examiner des façons d’être à la hauteur de leurs attentes. Par exemple, dans le cadre de notre stratégie relative aux élections fédérales, nous communiquons avec les partis politiques et les candidats au sujet des solutions qu’ils proposent pour aborder les problèmes les plus critiques de notre époque, comme la dégradation de l’environnement et le réchauffement climatique.

Depuis de nombreuses années, nous pouvons observer et ressentir les conséquences néfastes de nos mauvaises habitudes sur nous-mêmes et sur notre planète, et nous savons que nous devons changer nos façons de faire pour être de meilleurs protecteurs de notre habitat.

Donnons l’exemple, et continuons de demander au gouvernement d’en faire de même.

L’équipe de l’ACEP

Résolution relative au climat – section locale 524, 6 novembre 2018, Ottawa

Que l’ACEP reconnaisse les impacts des changements climatiques et la nécessité d’agir pour atténuer ces impacts, notamment sur les opérations du gouvernement.

  • Attendu que la communauté scientifique international reconnaît le risque que posent les changements climatiques pour de nombreux citoyens et citoyennes dans le monde;
  • Attendu que les changements climatiques auront d’importantes conséquences sur de nombreux êtres humains;
  • Attendu que des mesures conséquentes doivent être mises en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour favoriser l’adaptation des populations aux changements climatiques;
  • Attendu que la négation du problème ou l’absence d’initiative n’est pas dans l’intérêt des membres de l’ACEP, ni dans l’intérêt des travailleurs et des travailleuses en général;

Il est résolu que l’ACEP défendra une position claire et ferme en reconnaissant les changements climatiques, en encourageant des initiatives qui contribueront à la lutte contre les changements climatiques ainsi qu’à la mise en œuvre de mesures d’adaptation aux changements climatiques dans ses relations avec les instances gouvernementales et les employeurs et dans les divers forums lorsque le sujet sera soulevé.