Sommaire de discussion Réunion des dirigeants de sections locales le 27 mai 2004

le 08 juillet 2004

Comité des finances: M. José Aggrey, (président du Comité), Luc Gervais, Mike Monaghan, Luc Pomerleau, Sandra Wensink (secrétaire du Comité)

Le président de l’ACEP, M. Krause, était absent car il participait à une retraite de trois jours du Comité de consultation sur les pensions.

Adoption de l’ordre du jour

« Le point sur les négociations EC » est ajouté.

L’ordre du jour est adopté avec modifications.

Mot d’ouverture

Le président déclare que la réunion des dirigeants de sections locales a principalement pour objet de les consulter et de solliciter leurs idées sur les secteurs vers lesquels le budget discrétionnaire de l’Association devrait porter afin de mieux servir les membres. Il rappelle aux participants que, leurs suggestions interviendront, après analyse des coûts associés, l’élaboration du prochain budget. Il recommande donc aux dirigeants de sections locales de s’en tenir aux points de l’ordre du jour dans leurs discussions.

Commentaires des dirigeants de sections locales :

1. Identification des points prioritaires

i. Communications

< Plusieurs dirigeants de sections locales ont fait remarquer qu’il leur faut davantage d’information avant la consultation.

< Il est proposé de donner un plus long préavis de la tenue de réunions.

< Les comptes rendus ou plus particulièrement des résumés d’assemblées générales annuelles et de réunions des dirigeants de sections locales devraient être affichés sur le site Web.

< Les dirigeants de sections locales demandent que le président leur présente des rapports mensuels sur l’état d’avancement des dossiers.

ii. Formation (membres et délégués syndicaux)

< Il est signalé que la charge de travail des agents des relations de travail serait moins lourde s’il y avait davantage de formation pour les délégués syndicaux.

< Il est signalé qu’il serait souhaitable de mieux perfectionner les délégués syndicaux et de mieux former et outiller les dirigeants de sections locales en particulier dans le contexte des consultations locales avec l’employeur.

< Il est également signalé qu’il faudrait de meilleures compétences pour faire du lobbying au travail.

iii. Niveau de service

< Une discussion porte sur le déficit actuel de l’Association et les moyens qui pourraient permettre de régler le problème, par ex., réduire les dépenses ou le solde accumulé à la banque. Autrement dit, prendre des mesures adéquates pour maintenir l’organisation et le niveau de service.

Il est recommandé que les mesures comprennent la possibilité de recruter des employés supplémentaires pour maintenir le niveau de service, question prioritaire pour les membres. Plus précisément, il est recommandé d’accroître le nombre d’agents des relations de travail.

Il est conseillé au Comité des finances d’élaborer un plan stratégique avant de prendre quelque mesure que ce soit relativement à la réduction du déficit ou à l’augmentation du nombre d’employés.

[À cet égard, le Comité fait remarquer que les organisations élaborent leurs plans d’activités avant leurs plans stratégiques. Par conséquent, il fait valoir qu’il conviendrait mieux que l’Association élabore d’abord un plan d’activités à partir duquel elle pourrait ensuite se doter d’un plan stratégique.] Le Comité ajoute que toute planifaction stratégique d’un syndicat ne lui appartient pas entièrement puisqu’il doit le plus souvent réagir aux décisions imprévisibles du gouvernement et des ministères.

< On fait valoir que le niveau des communications et le niveau de service devraient augmenter. Toutefois, avant de se pencher sur ces questions, il faudrait faire des études sur le niveau de service dans différents secteurs. Ces études porteraient notamment sur le coût par agent des relations de travail par membre.

[À cet égard, le Comité signale que les services aux membres ont absorbé environ 26 % de nos ressources en 2003/2004. Ce coût devrait passer à 31 % en 2004/2005.]

< Il est proposé que l’Association fasse campagne pour obtenir une plus grande participation des dirigeants de sections locales aux Comités de consultation patronale-syndicale dans les ministères.

< On fait remarquer que l’utilisation de papier recyclé pourrait réduire les frais d’impression.

2. Ordinateurs et matériel de bureau – Location par rapport à achat

Bien que certains dirigeants de sections locales estiment qu’ils ne disposent pas de suffisamment de renseignements pour recommander l’une ou l’autre des deux options, soit la location, soit l’achat, ils sont fortement en faveur que le Comité des finances assume la responsabilité de formuler des recommandations à l’Association sur la question. Il est proposé :

< que le Comité des finances et le Conseil exécutif prennent une décision éclairée sur la question;

< que l’Association continue à louer, puis réexamine les dispositions de location au fur et à mesure de l’expiration des baux.

3. Rapports financiers aux membres – Présentation matérielle, contenu et fréquence

Les dirigeants de sections locales demandent que l’information financière aux membres soit présentée sous la forme d’un bilan. Ce bilan pourrait :

< être publié dans la publication Entre professionnels de l’Association;

< être envoyé d’abord aux sections locales qui pourraient ensuite le distribuer aux membres (pour des raisons d’économie).

< présenter l’information financière dans une feuille de calcul électronique. Les dirigeants de sections locales trouvent que ce format est facile à comprendre. Il est proposé que la feuille de calcul électronique soit accompagnée de notes explicatives (comme celle qui a été distribuée à la réunion).
Nota : Il est suggéré de ne pas afficher le bilan sur le site Web.

4. Fréquence et contenu des réunions des dirigeants de sections locales

< On fait valoir qu’il est souhaitable que les réunions soient plus fréquentes. Elles pourraient durer plus de deux heures et comporter un volet formation comme premier point de l’ordre du jour.

< Il est proposé que le personnel déploie des efforts pour faire en sorte que les prochaines réunions des dirigeants de sections locales aient lieu au bureau national.

[Le Comité déclare que tout dépend du nombre de participants, compte tenu de l’espace et de l’aménagement des salles de réunions. Il est important d’obtenir tôt les confirmations de présence, pour aider la planification. La participation par téléconférence a été suggerée. Cela est faisable, mais il peut y avoir des limites techniques quant au nombre de lignes, au nombre de signaux (interpretation), etc. On a aussi proposé la vidéoconférence, mais cette option coûte très cher.]

< Il est proposé que la documentation pour les réunions des dirigeants de sections locales soit envoyée au préalable, de sorte que ceux et celles qui ont des questions à poser ou qui ont besoin de précisions puissent communiquer avec José avant la réunion.

< Il est proposé de mieux cibler les réunions – au lieu d’un coq-à-l’âne.

5. Cotisations syndicales

Commentaires

De nombreux membres ne verraient aucun inconvénient à verser des cotisations syndicales supplémentaires pour maintenir le niveau élevé de service, mais d’autres n’aimeraient pas subir de hausse des cotisations.

On estime que toute augmentation des cotisations syndicales devrait être liée aux plans d’ensemble de l’Association (plan d’activités et plan stratégique), ce qui permettrait de tenir compte des préoccupations concernant le déficit et le niveau de service aux membres.

Recommandation :

Les dirigeants de sections locales ont clairement indiqué qu’il n’y a pas lieu d’établir un sous-comité chargé d’examiner la question d’une augmentation des cotisations syndicales ni de les consulter davantage à cet égard et que le Comité des finances doit formuler aux membres des recommandations, fondées sur divers scénarios, pour fins d’approbation. Le Comité devra s’en tenir uniquement aux questions financières et ne pas se preoccuper des considérations politiques (niveau d’acceptation par le membres).

Autre suggestion :

< Il est proposé d’analyser le coût de la représentation par membre par région et par section locale. Certains se demandent si cela signifierait que les sections locales ou les régions plus coûteuses paieraient des cotisations plus élevées que les autres. Certains membres expriment de fortes réserves sur cette suggestion, sur laquelle le CEN devra se pencher.

Le point sur les négociations EC

L’ACEP a rompu les négociations pour le groupe EC avec l’employeur, en avril, et qu’elle a présenté une demande d’arbitrage. Le négociateur en chef, Claude Danik, et l’agente de recherche, Hélène Paris, sont des sommités dans leurs domaines respectifs et qu’ils accomplissent un travail remarquable pour nous. M. Danik a pris la relève de Bill lorsque la mère de celui-ci est décédée.

On encourage tous les dirigeants de sections locales et leurs membres à consulter régulièrement le site Web pour se tenir au courant de l’actualité.Une fois que nous aurons eu la réponse de la Commission des relations de travail dans la fonction publique concernant notre demande d’arbitrage, un résumé des principales questions et des étapes clés des négociations EC sera affiché sur le Web.

Le processus d’arbitrage

< La demande d’arbitrage a été envoyée.

< L’employeur dispose de sept jours pour y répondre = fin de la semaine prochaine.

< On espère que l’audition aura lieu au début d’août.

< L’échéancier du processus sera affiché sur le Web, ainsi que le mémoire d’arbitrage, mais pas avant que celui ait été présenté au conseil d’arbitrage.

< La médiation est possible – il faudrait que nous nous présentions, mais sans y participer, à moins que l’employeur ne soit vraiment disposé à bouger.

< La décision pourrait être rendue en septembre.

< L’employeur dispose de 90 jours pour mettre en oeuvre les augmentations de salaires.