Résumé de la réunion des dirigeants de sections locales

le 10 mars 2005
Résumé de la réunion des dirigeants de sections locales
21 février 2005
Hôtel Crowne Plaza
Ottawa (Ontario)
17 h 30

Les membres du Conseil exécutif national 2005 de l’ACEP se présentent et J. Aggrey présente les dirigeants de sections locales présents.

Le président explique que les déficits de l’ACEP sont surtout le résultat de

1. l’embauche de personnel additionnel pour répondre à la demande croissante de services,

2. la hausse des coûts de la négociation collective,

3. l’augmentation des honoraires professionnels pour les services juridiques découlant des actions intentées pour protéger l’excédent de vos pensions de retraite, des causes en matière de droits de la personne et d’autres litiges,

4. la montée en flèche des coûts des locaux dans la région de la capitale nationale,

5. l’insuffisance d’une cotisation de 23 $ par mois pour soutenir un syndicat de la fonction publique en 2005.

Nous tentons de faire fonctionner un syndicat en 2005 avec un budget de 1993. Les cotisations n’ont pas suivi le coût de la vie, ce qui doit être reconnu et pris en compte dans le déficit.

Ce que votre Exécutif national a fait à ce jour

Le Conseil exécutif national a entrepris les discussions sur la hausse des cotisations depuis un certain temps déjà.

Le nouvel Exécutif national a résolu de ce qui suit :

1. Exercer son pouvoir en vertu des statuts de l’ACEP pour s’assurer que l’ACEP-CAPE continue d’exister.

2. S’efforcer, au minimum, de maintenir le niveau actuel de service dans l’établissement de la hausse des cotisations.

3. Adopter le 1er juillet 2005 comme date proposée d’entrée en vigueur de toute hausse des cotisations.

Le président affirme que l’Association examinera toutes les dépenses et coupera lorsque c’est possible, mis à part les obligations contractuelles et légales de l’Association en matière de salaires et d’avantages sociaux du personnel. Oui, les locaux (le bail) sont sur la table pour examen.

Hypothèses pour l’élaboration de scénarios de hausse des cotisations

• Nous savons quels seront les coûts du nouveau régime de relations de travail du gouvernement.
• Nous présumons qu’ils seront semblables aux coûts de l’ancien régime de relations de travail.
• Les changements au Bureau de la traduction n’imposeront pas de coûts additionnels.
• Il n’y aura pas d’augmentation de la demande de la part des membres.
• Nos ressources actuelles suffisent – nous savons que nos ART sont débordés.
• Le nombre de membres demeurera le même.

Nous sommes soumis à un certain nombre de contraintes – nous avons des obligations légales – nos coûts de cessation des activités sont de l’ordre de trois millions de dollars.

La valeur que nous accordons à l’ACEP

- Un personnel et des ressources appropriés
- Niveau de service et plein appui du personnel
- Une organisation légère et la sécurité de ne pas aller en grève
- Appui d’une association au caractère multilingue
- Un personnel accessible
- Reclassification dans des unités de négociation appropriées
- Activité de lobbying politique
- Protection de nos droits
- Défense de nos intérêts et satisfaction de nos besoins particuliers
- Reconnaissance du caractère particulier de chaque unité de négociation
- Réceptivité

Commentaires

- On espère voir un scénario à 14 $.
- Il nous faut répondre à deux questions principales :
Quel excédent voulons-nous dégager?
Quand voulons-nous régler le déficit?
- Analyse globale – montre qu’un effort de rationalisation a été fait.
- Quelles sont les cotisations et quel est le niveau de service des autres syndicats?
- Lier la hausse des cotisations aux augmentations de salaire.
- Nous ne répondons pas aux normes minimales de divulgation de renseignements financiers.
- D’où provient le déficit?
- Utilisons le taux d’inflation de la Banque du Canada.
- Les membres voudront qu’un plan stratégique soit établi.
- Voulons-nous un plan prévoyant d’autres hausses des cotisations – plan d’un an, de deux ans, de cinq ans?
- Il n’est pas certain que de lier les cotisations aux augmentations de salaire est une bonne idée.
- Les membres accordent de la valeur au service – réduction du service ou hausse des cotisations – ou se joindre à un autre syndicat.
- Nous avons déjà reçu amplement de renseignements.
- Devons-nous choisir un scénario d’une seule grosse augmentation?
- Avons-nous besoin d’un groupe de travail – c’est la raison d’être du Comité des finances de faire des recommandations au CEN.

Questions

Q. Cherchons-nous uniquement à éliminer le déficit? D’autre part, quel excédent voulons-nous dégager?

Q. Voulons-nous revenir sur cette question aux deux ans?

Q. La fusion est-elle la cause de cette situation?

R. Les coûts d’exploitation ont monté constamment – mais non les cotisations – voilà la cause.

Q. Pouvons-nous réduire les coûts?

R. Oui, mais nous devrons alors réduire les services – c’est aussi simple que cela, mais nous ne voulons pas en arriver là – nous semblons tous d’accord sur ce point.

Q. La question du bail est-elle sur la table – en présumant que nous ne voulons pas conserver ce bail.

R. Oui – mais n’oublions pas que nous devrons engager des frais juridiques pour rompre le bail et engager un agent immobilier pour chercher d’autres options, etc.

Résumé

- D’abord, soyons politiques – présentons la situation en mots plutôt qu’en chiffres
- Expliquer comment nous en sommes arrivés là
- Parler de ce que nous faisons
- Justifier la nécessité d’une hausse – quels services nous offrons
- Donner des exemples individuels de services reçus, de réalisations
- Décrire le niveau de service et indiquer les solutions de rechange – comparer aux autres syndicats
- Exposer et expliquer le contexte entièrement
- Les membres seront d’accord avec une hausse des cotisations s’ils reçoivent une information complète
- Donner des exemples de points de comparaison de la hausse des cotisations – une tasse de café par jour, IPC, taux d’inflation
- Les autres syndicats sont-ils dans la même situation?

On semble d’avis que l’Association ne peut continuer de fonctionner avec des cotisations de ce niveau.