Premiers pas vers la création d'un nouveau syndicat de travailleurs du savoir au gouvernement fédéral

le 30 avril 2002

Le Syndicat canadien des employés professionnels et techniques (SCEPT) et l'Association des employés en sciences sociales (AESS) ont annoncé la formation d'un comité conjoint visant à élaborer les détails d'une possible fusion. Si ce projet aboutit, le nouveau syndicat représentera environ 9 000 professionnels et constituera l'un des plus importants groupes de travailleurs du savoir de la fonction publique fédérale. Le SCEPT représente les quelque 1 100 traducteurs, interprètes et terminologues à l'emploi du Conseil du Trésor. Pour sa part l'AESS compte environ 8 000 membres, c'est-à-dire les employés du Groupe Économique et Sciences sociales à l'emploi du Conseil du Trésor ainsi que les attachés et adjoints de recherche de la Bibliothèque du Parlement.

"C'est là une occasion passionnante et stimulante de s'appuyer sur les forces de chaque organisation en vue de créer un nouveau syndicat mieux adapté aux besoins de ses membres dans un environnement de relations de travail qui connaît de rapides transformations" a déclaré Bill Krause, président de l'AESS.

Cette décision a été prise dans la foulée de divers changements intervenus dans le domaine des relations de travail au gouvernement fédéral. Le recours sans cesse croissant à la Diversification des modes de prestation des services, la mise en oeuvre de la NGC et les retombées potentielles du Groupe de travail sur la modernisation de la gestion des ressources humaines présenteront tous des défis pour les plus petits syndicats d'employés professionnels au gouvernement fédéral, en particulier du point de vue de leur survie et de leur efficacité opérationnelle.

Les deux organisations ont depuis longtemps établi des liens de collaboration tandis que leurs membres respectifs présentent de nombreux points communs; c'est ce qui a amené leurs dirigeants à lancer le projet de création d'une organisation nouvelle et unique qui représenterait ainsi une proportion substantielle des travailleurs du savoir de la fonction publique fédérale.

Les deux syndicats ont convenu d'entrée de jeu qu'ils seront guidés par quelques principes fondateurs - déjà communs aux deux syndicats:

* le rehaussement du profil et de la visibilité d'un syndicat de travailleurs du savoir;

* le respect de l'autonomie des groupes individuels en matière de négociation collective;

* le maintien du niveau élevé de services que reçoivent présentement les membres des deux syndicats, allié à l'efficience financière;

* le respect de principes démocratiques;

* la constitution d'un syndicat vraiment bilingue, tant dans les services assurés à ses membres que dans ses principales instances;

* un syndicat qui parle d'une seule voix tout en reconnaissant la spécificité des groupes individuels.

Les Conseils exécutifs des deux syndicats évalueront conjointement la faisabilité financière et politique d'une telle fusion avant de communiquer à leurs membres respectifs une proposition aussi détaillée que possible. L'AESS et le SCEPT la soumettront séparément à leurs membres dans le cadre de scrutins distincts. La fusion ne se concrétisera que si elle est approuvée par une majorité des membres dans chaque organisation.

De l'avis du président du Groupe TR du SCEPT, Luc Pomerleau, "Non seulement un tel partenariat de travailleurs du savoir enrichirait les services et ressources offerts aux membres, mais en plus nous réunirions alors une somme unique d'expériences institutionnelles adaptées à la nature particulière des travailleurs intellectuels, la catégorie de travailleurs qui devrait former la cheville ouvrière de la fonction publique de l'avenir".