Préoccupations des membres de l'ACEP concernant la possibilité d’une grève

le 19 août 2004

Devant la possibilité d’une grève de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), des membres de l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP) ont communiqué avec le bureau national pour manifester leur appui à leurs collègues syndiqués et faire part de leurs préoccupations concernant leurs droits et leurs obligations en situation de grève. L'ACEP recommande le protocole suivant qui vise à protéger votre droit et votre obligation de travailler tout en vous permettant d'appuyer vos collègues grévistes.

Protocole des grèves

Situation juridique et employés intérimaires

1. Les membres de l'ACEP n'ont pas légalement le droit de grève et ne peuvent donc pas refuser de travailler. Ainsi, même si vous êtes titulaire d'un poste pour lequel l'AFPC est l'agent négociateur, vous serez appelé à travailler si vous assurer l'intérim d'un poste pour lequel l'ACEP est l'agent négociateur. Il est possible que votre employeur suspende les nominations intérimaires au cours d'un conflit de relations de travail. Si c'est le cas, vous avez le droit de travailler, mais vous n'y êtes pas tenu et vous pouvez vous joindre à vos collègues en grève.

2. Si vous refusez de franchir la ligne de piquetage et de vous rapporter au travail, que ce soit pour des raisons de conscience ou de sympathie à l'endroit de membres de l'AFPC, l'employeur pourrait prendre des mesures disciplinaires contre vous. L'ACEP cherchera à défendre vos intérêts, mais elle ne peut recommander une telle démarche.

Bon sens et respect

3. Nous vous demandons de manifester de la sympathie et du respect envers les grévistes. Acceptez gracieusement tout macaron, collant ou dépliant qu'ils distribuent. Souvenez-vous qu'ils ont le droit de vous informer. Veuillez manifester votre appui car les mesures qu'ils prendront aboutiront à l'amélioration de la rémunération et des conditions de travail dans la fonction publique en général.

4. Il est dans l'intérêt de tous que le piquetage se fasse dans le calme et dans l'ordre. Ne tentez, sous aucun prétexte, de vous frayer un chemin au travers d'une ligne de piquetage car un tel geste pourrait compromettre la sécurité et mener à des contacts physiques illégaux. Nous vous suggérons de parler avec les piqueteurs ou avec le capitaine en charge de la ligne de piquetage pour demander la permission de pénétrer dans l'immeuble.

Lorsque la sécurité est en cause

5. Si vous êtes inquiet ou si vous vous sentez un peu intimidé, communiquez avec votre surveillant ou un autre cadre de direction et demandez de vous faire accompagner pour traverser la ligne de piquetage. Soyez patient et attendez. Souvenez-vous que vous serez rémunéré si vous vous présentez au travail, même si vous passez une partie de vos heures de travail à attendre votre superviseur. La direction est responsable de vous faire franchir la ligne de piquetage si vous croyez que vous courez des risques ou si on vous refuse l'accès. Cette consigne s'applique aussi lorsque vous quittez le bureau.

Appui à vos collègues

6. Soyez proactif en appuyant vos collègues en grève. On encourage les sections locales de l'ACEP à fournir café et rafraîchissements aux grévistes sur la ligne de piquetage. Nous vous encourageons aussi à marcher aux côtés de vos collègues à l’heure du lunch et pendant vos pauses. Souvenez-vous que vous pouvez manifester votre appui de cette façon en dehors des heures de service seulement.

Et si on me demande de faire le travail d'employés en grève?

7. Votre employeur pourrait, dans des circonstances de grève, vous demander de faire le travail d'un employé en grève. Vous ne pouvez pas vous soustraire à une telle demande à moins que vous ne croyiez que votre santé ou votre sécurité est menacée. Nous vous suggérons de communiquer avec le bureau national de l'ACEP et de parler avec votre agent(e) de relations de travail. Vous n'êtes tenu d'effectuer que le travail prévu par votre propre description de travail; il pourrait donc y avoir lieu de déposer un grief.