Message du président

le 17 janvier 2011

Chers membres,

Au nom du Conseil exécutif national, de tout le personnel de l’Association et en mon nom personnel, je vous souhaite une très bonne et très heureuse nouvelle année.

À l’aube d’une nouvelle année, nous nous arrêtons pour réfléchir sur l’année passée et nous tentons de voir ce qui nous attend. Ainsi donc, l’année 2010 a commencé par une défense contre les attaques dont a fait l’objet notre régime de pension : réunions des membres, communiqués aux députés, une conférence de presse et une analyse qui s’est attiré beaucoup d’éloges. Message à notre employeur : ne touchez pas à notre régime de pension. L’année passant, il semble que des crises aient été fabriquées un peu partout, notamment dans le monde relativement ordonné de la négociation collective. Ici aussi l’ACEP a émis un message clair au nom des membres : pas de négociations précipitées.

Sur le front intérieur, votre Association a entrepris un processus de reconstruction depuis l’élection de décembre 2008. L’année écoulée nous a permis de doter tous les postes au Conseil exécutif national, d’accélérer et d’améliorer l’important travail de réflexion à long terme des sous-comités du CEN et de constituer nos forces pour relever des défis à court terme. Nous avons maintenant un plan global des communications. Nous avons apporté une série de modifications à nos Statuts et Règlements. Nous avons dramatiquement accru notre présence dans les médias et sur la Colline parlementaire. Davantage de membres, de vos collègues, contribuent au travail de l’Association en votre nom. Cet engagement est rassurant.

Après une année ardue avec l’actuel gouvernement, nos trois unités de négociation se préparent à commencer les négociations dans les prochains mois. Je profite de cette occasion pour vous remercier, vous qui vous êtes porté volontaires pour consacrer temps et efforts afin de représenter vos collègues aux tables de négociation. Votre première tâche sera de sonder tous vos collègues en vue de cette très importante ronde de négociations. Et, à moins que nos membres expriment une volonté différente dans le sondage à venir, vous répéterez à la table de négociation ce qu’ils ont dit cet automne : les membres de l’ACEP ne veulent pas céder l’indemnité de départ dans les négociations.

Je n’oserais pas tenter de prédire ce que 2011 sera sur la scène syndicale. Toutefois, nous savons tous qu’un budget sera déposé dans les prochains mois. À en juger par les précédents, il pourrait nous réserver des surprises, pas nécessairement bonnes pour la fonction publique dans son ensemble, ni pour ses employés en particulier. Nous savons aussi qu’il pourrait y avoir des élections où le gouvernement minoritaire actuel tentera de décrocher une majorité. L’ACEP a l’expérience des négociations pendant une année d’élections. Non seulement tout s’arrête, mais les directives et le mandat donnés aux négociateurs de l’employeur peuvent aussi changer. Matière à réflexion en ce début d’année 2011.

Espérant vous entendre au cours de cette nouvelle année, je vous remercie pour votre appui soutenu.