Les membres de l’Association reçoivent leurs chèques de salaires rétroactifs

le 16 juillet 2003

À la suite de la décision de l’arbitre Evelyn Henry de la Commission des relations de travail dans la fonction publique (CRTFP) et de discussions subséquentes avec les fonctionnaires du Conseil du Trésor, les membres de l’AESS et du SCEPT ont reçu des chèques de salaires rétroactifs résultant de la dernière ronde négociation. Quelques chèques se font peut-être encore attendre, mais la majorité des membres ont à présent obtenu les rajustements auxquels ils avaient droit.

Dans un geste connexe qui a été fort bien accueilli, les fonctionnaires du Conseil du Trésor ont confirmé par écrit que, bien qu’ils aient demandé une révision judiciaire de la décision de Mme Henry, ils ne tenteront pas de recouvrer les rajustements rétroactifs versés aux employés si la décision se révèle favorable au Conseil du Trésor. Cette position repose sur le fait que l’AESS, le SCEPT et le Conseil du Trésor en sont venus à une entente sur la politique qu’il convient d’appliquer aux calculs de salaires rétroactifs. Ainsi, l’AESS et le SCEPT sont les seuls syndicats dont les membres bénéficieront de la décision Henry.

« Nos membres savent gré au Conseil du Trésor de son discernement et de la bonne volonté qui en résultera. Il aurait été contraire à l’esprit de la politique sur laquelle nous nous sommes entendus de tenter de recouvrer des rajustements versés à nos membres », a déclaré le président Bill Krause.

Autre rebondissement positif pour la prochaine ronde de négociations, l’Association et l’employeur ont signé une lettre d’accord concernant l’administration de la paye pour la période de rétroactivité. Selon l’accord signé au début de juin, les membres de l’Association ont la garantie que, lors de la prochaine ronde de négociations, tous les calculs de salaires rétroactifs reposeront sur la méthode qui se révélera le plus avantageuse pour l’employé(e), soit la méthode normale, soit la méthode Lajoie. La même garantie a été offerte à tous les autres syndicats.

« Nous sommes heureux que l’employeur se soit rangé à l’avis de l’Association au sujet du calcul des salaires rétroactifs; ainsi, les employés qui acceptent de l’avancement ou des nominations intérimaires durant une période de rétroactivité ne craindront plus de subir des pertes financières. Les recours de l’AESS et du SCEPT devant la CRTFP, les griefs d’autres syndicats et nos discussions avec le Conseil du Trésor ont abouti à un cadre qui sera à l’avantage de tous les syndicats », a déclaré le président Krause.